Hui : converger confluer vers le centre
Hui : confluer, converger vers le centre
Comment définir la spiritualité ?

Notre activité mentale quotidienne n'est qu'une infime partie de ce qu'est l'esprit.

La spiritualité semble donc imposer un fait qui est loin d'être évident de nos jours. Il y aurai quelque chose d'autre que l'activité mentale. 
Pour ceux qui ne sont pas rebutés par cet éventualité, la philosophie taoïste explique que le mental nous a été donné en même temps que le corps physique, pour l'expérience humaine dans la matière. 
Le mental au même titre que le corps sont donc indispensables pour vivre comme un être humain, mais l'erreur d'un point de vue spirituel serai de s'identifier à son activité mentale ou à son corps physique. Ce sont juste des constituantes de notre être mais pas la totalité. Les taoïstes parlent d'un corps énergétique et d'un corps spirituel qui vont bien au delà de notre corps physique par exemple.

Les pratiques spirituelles s'attachent donc à calmer l'activité mentale pour atteindre un état de vigilance sans perturbations qui permet de goûter à des états indescriptibles car ils échappent à nos sens communs. Ces expériences permettent à un individu de comprendre à un niveau plus profond les mécanismes de la vie. C'est ainsi que de nombreux maîtres spirituels ont laissé des enseignements qui ne cessent de guider les êtres qui le désirent dans leur quête.

Dès lors que l'on se questionne sur le sens que pourrait avoir nos actions, nous entrons dans le domaine de la spiritualité. Un sens qui ne serai perceptible pour nos perceptions communes, que par l'intermédiaire de symboles ou d'archétypes qui sont illustrés dans les mythologies ,  les contes ou les religions qui existent dans les racines de toutes nos cultures à travers le monde. Ou bien par l'éveil de nos capacités extra sensorielles qui sont pour la plupart en sommeil en chacun de nous.
Vouloir donner un sens à nos comportements et nos actions fini par mettre en évidence les contradictions qui nous animent. Nous comprenons que nous sommes tiraillés par des forces contradictoires qui ont leur raison d'être et qui ne sauraient exister l'une sans l'autre. 
En réalisant qu'il n'y a pas d'un côté le bien et de l'autre le mal. On libère tout doucement l'énergie piégée dans nos jugements de valeur, dans nos attitudes jadis gouvernées par le désir et le rejet.
On accepte tout doucement à s'accepter tel que l'on est dans notre lumière et aussi dans notre ombre. 
Confucius et d'autre ont parlés ainsi : "Comprendre la question est plus important que connaitre la réponse"
En philosophie il n'y a que des bonnes questions et aucune réponse. Explorer la question nous permet de comprendre les forces qui nous animent mais le piège serait de s'identifier à une polarité. Nous sommes simplement entre les deux, parfois d'un côté et parfois de l'autre. Lorsque nous acceptons cet état de fait, il devient possible de trouver un équilibre au centre.

Exemple :
Faut-t-il ne se fier qu'à ses convictions sans prendre en considérations les autres ?
Il est tentant de conseiller de s'appuyer sur quelques avis mais d'un autre côté le monde n'évolue qe parce que certains ont eu l'audace de se dresser contre ce que le monde entier considérait comme des évidences... La réponse la plus adaptée sera toujours " ça dépend..."
D'où la fameuse circonspection du sage qui annule les rapports de force et reste impassible en son centre.

Ceci étant dit une bonne spiritualité ne doit pas nous donner une bonne excuse pour  fuir l'expérience. Comprendre que rien n'a d'importance, que tout s'équilibre à un certain niveau doit nous faire réaliser que nous sommes ici pour expérimenter. Pour jouer. Nous retrouvons ainsi la légerté du jeu qui nous permet une expérience sereine et pleinenement consciente. Une autre caractéristique du sage est qu'il est souriant, toujours prêt à rire. Capable de se retirer du monde sans parler sans manger mais sans bouder les plaisirs simples de la vie.

"Connais-toi toi même et tu connaîtras l'univers et les dieux". Cette phrase indique que la connaissance est innée. Et que l'on peut y acceder par un travail d'instrospection.

D'un point de vue spirituel, on peut atteindre un éveil personnel, mais on ne peut qu'inspirer et guider les autres à s'éveiller eux même. Il n'y a pas de sauveur ni de recette miraculeuse, il n'y a qu'un chemin ou chaque pas est une expérience propre à chacun.